Labyrinthe

L’individu tentait de se faufiler dans cette foule de travailleurs se dirigeant de bon matin vers leurs prisons respectives. Le froid commençait à s’installer sur cette partie du pays, forçant les visages à se cacher dans d’épaisses capuches ou sous des écharpes multicolores. Mais ces couches de vêtements laissaient toujours le miroir de l’âme bien apparent et l’on pouvait voir sans détour qu’il était vidé de toute sa lumière.

Lire la suite « Labyrinthe »

Automne

Encore une journée ensoleillée. C’est à se demander où est le véritable automne, celui décrit dans les poèmes de Verlaine, Apollinaire, Hugo ou Baudelaire. A croire que seul le mot affecte les âmes, les rendant plus sensibles aux variations de couleurs et aux changements de température. La joie s’étiole pourtant au même rythme que les arbres à feuilles caduques ; les visages se ferment, les yeux perdent de leur lumière, les corps s’emmitouflent. Le futur proche semble bien gris. Pourtant, seule la pensée lui a donné sa couleur, pensée qui ne pourra jamais deviner de quoi demain sera fait car demain n’existe sans doute pas encore. Lire la suite « Automne »

Jeu de cartes

Penser à la vie implique penser à ce qu’il peut y avoir après. Cela peut être rien. Cela peut être tout. Penser n’implique pas trouver, ni savoir. Penser est un chemin qui ne mène nulle part, sauf, éventuellement, au bout de soi-même. Mais dès lors que l’on cherche, et que l’on est conscient de sa finitude et de ses limites, une question surgit promptement: doit-on vivre comme si cette heure était la dernière? Lire la suite « Jeu de cartes »

Pourquoi

Il se dirigea vers le parc à bonne allure, espérant trouver un espace au calme près des arbres. La journée s’annonçait chaude et bientôt les places au frais seraient chères. A peine les barrières franchies, il se dirigea vers la gauche, passa un petit pont en bois coupant un ruisseau bien dégarni de son liquide puis se pressa vers une allée de peupliers. Les feuilles, complètement immobiles, renvoyaient une lumière épaisse et éblouissante. Ce Dimanche s’annonçait vraiment caniculaire. Qu’importe. Il avait tout le nécessaire de survie et comptait bien se reposer. Il s’installa au frais et commença sa lecture : aujourd’hui, le Livre de l’Intranquillité de Fernando Pessoa. Tout un programme. Lire la suite « Pourquoi »

Discussion au sommet

    • « Tu compliques toujours les choses !
    • Et toi donc ! A chaque fois qu’une opportunité se présente, au lieu de te concentrer sur le sommet de la montagne et sur le but, il faut que tu te focalises sur le chemin, les obstacles et le dénivelé ! Autant rester assis au chaud dans le gîte, emmitouflé dans ta polaire, avec ton verre de cognac, en attendant que l’érosion fasse son travail !
    • C’est mon rôle. L’essence de mon existence est réaction. Je suis le système qui prend le relais après les 5 premières secondes qui suivent l’initiation et la conscientisation d’une pensée. Je suis le long terme Lire la suite « Discussion au sommet »