Un moment

J’ai vu les feuilles changer de couleur et rougir, annonçant sans le savoir l’automne à venir et, dans ce ciel bleu limpide traversé par quelques avions, la mort est soudain revenue capter mon attention. Moment de lucidité portant en apesanteur une conscience souvent détachée de la possibilité de mourir, et qui, tout à coup et sans avoir rien vu venir, se souvient qu’aujourd’hui ou demain tout peut finir. Sans crier gare et simple spectateur, on marche sur le fil du faire trop ou pas assez, du vivre intensément et mourir jeune ou se retenir et viser une incertaine éternité. Tel est le dilemme de l’existence, succession de moments de conscience qui, sans prise sur la suite des actions, se conclut toujours par une grande souffrance. Une douce musique mélancolique, ouvrant les portes à mes sensations, me donne envie de vivre plus fort avant que la finitude me rappelle à la raison. Un jour après l’autre, sans regarder trop loin devant, et chérir ces petits moments qui nous permettent de rêver. Et quand tout s’obscurcit car cela arrive, se dire que la souffrance est comme un paysage : elle change de tons, de couleurs et de plumage. Avec les saisons. Elle fait partie du monde et reviendra à chaque révolution. Elle peut devenir une amie ou un poids plus lourd que de raison. Mais à chaque fois qu’elle se présentera sur le pas de ta maison, tu auras le choix de l’accueillir, de lui sourire, et de l’inviter dans ton cocon. Car en fin de compte, c’est à nous que revient le choix de souffrir ou de laisser vivre nos émotions. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s