Souffrir ou aimer

En fouillant dans mes souvenirs
Lors de récents et lointains voyages
J’ai retrouvé tes nombreux sourires
Et quelques photographies hors d’âge

La vie nous a fait nous rencontrer
Moments chaotiques et aléatoires
Entrecoupés d’absences prolongées
A chaque fois je me permettais de croire
Qu’enfin cela allait fonctionner
Qu’à présent chaque Dimanche soir
Je te verrais assise à mes côtés

On se raconterait des histoires
On parlerait de nos envies de voyager
Alors même ce commun désespoir
Finirait doucement par s’envoler

Même si demain venait à nous égarer
Nous aurions pu un temps conjurer le sort
Ôter le poids de la vie en société
Souriant au nez des gens qui au dehors
Pensent savoir ce que veut dire exister

Nous avons toujours vécu seuls
Mais pour toi, je ferais une exception
Car ta présence complète mon bonheur
C’est pour moi la plus belle déclaration

Pourtant, tu restes un mystère insoluble
Indépendante, fuyante, insaisissable,
Seul mon regard est autorisé à te frôler
Laissant dans ma bouche une amertume palpable

Je persiste pourtant dans ta direction
Mon cœur, têtu, me dit d’insister
Quitte à souffrir, quitte à me mutiler
Tu es unique, voilà ma bonne raison

Mais, si jamais tu me tournais le dos
Ne souhaitant que te voir sourire
J’accepterais volontiers cet éternel fardeau
Et loin de moi, je te laisserai partir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s