Passage chez le médecin

Asseyez-vous, je vous en prie. Comment allez-vous aujourd’hui? Mieux? Ces douleurs dans votre dos sont passées? Vous arrivez à marcher plus d’une dizaine de minutes?
Bien. Bien. Ecoutez. J’ai quelque chose à vous dire, et ce n’est pas très agréable. J’aurais aimé avoir de plus plaisantes nouvelles mais la vie est ainsi faite. Je n’ai pas envie de vous mentir. Toute vérité n’est pas bonne à entendre, sauf que je ne suis non plus pas bon juge en la matière, je suis votre médecin et en cette qualité, il est de mon devoir de faire que vous ayez toutes les informations pour décider de la suite à donner à votre vie. Voilà, vous allez mourir. Quand? Bientôt, très bientôt. Dans 30 ou 40 ans peut-être, pas davantage. Oui c’est peu, je le reconnais, mais c’est ainsi. Ni moi ni vous ne pouvons changer quoique ce soit. Il faut faire avec. Il faut trouver le bon côté des choses et continuer à avancer. Peut-être que le fait de savoir que le temps vous est compté fait partie de ces bons côtés? Savoir que vous allez mourir bientôt va peut-être vous aider à profiter de ces petits moments quotidiens, de la présence et l’attention de vos proches, de tous ces petits plats qui ravissent votre être de chair? Vous aimez toujours les glaces vanille arrosées de chocolat noir, n’est-ce pas? Et le pain frais le matin, trempé dans votre chocolat chaud? Profitez-en alors pour multiplier ces moments de plaisir, et jouissez de ce que ces quelques années peuvent encore vous apporter. Passez du temps avec ceux qui comptent pour vous, dîtes-leur à quel point vous tenez à eux, à quel point leur présence a illuminé votre vie et va encore réchauffer votre cœur faillible pendant plusieurs longs hivers. Bien sûr demain sera un jour différent, triste peut-être. Vous allez ruminer longtemps cette annonce. Et pleurer, beaucoup. Et ce sera normal, nécessaire. Comprendre que le temps nous est compté n’est jamais une nouvelle joyeuse de prime abord. Surtout quand tout semblait aller si bien dans notre vie. Ignorant de ce qui anime le monde, nous pensons savoir avec une étrange certitude que le soleil se lèvera demain, nous planifions tout parfois plusieurs mois à l’avance, parfois plusieurs années, comme si le futur existait déjà, quelque part, prêt à nous recevoir. Pleurez donc, mais pas trop longtemps non plus. Il vous faudra retrouver un peu de courage, d’envie, et repartir. Non pas comme rien ne s’était passé, c’est impossible. Aujourd’hui vous savez. Maintenant il faut continuer à vivre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s