Créatures

La joie de croiser quelques regards
Illuminant des corps déjà magnifiques
Courbes voluptueuses et sons magiques
Qui obligent la soleil à veiller tard

Quand le rideau sur la pièce descend
Noir et sinistre, divisant la lumière
Les spectateurs s’éclipsent lentement
Et voici déjà leur retour en enfer

Faute de sens défini, voie inexistante
Le néant courant devant des pieds nus
Sans volonté créatrice, sans pensées convergentes
Impossible de se définir un simple but

Mais vous, corps sublimes, fendant la vie
Glissant sur le destin comme sous la pluie
Au moral vous faites le plus grand bien
De mon être, vous extirper tout chagrin

J’apprécie ma solitude, et la potentialité
Je ne fais pas grand chose, mais j’espère
Vivant dans le présent sans grande vitalité
Je retrouve enfin ma joie et mon humeur légère

Merci à vous, tendres créatures divines
Qui égaillez et soignez mon coeur meurtri
Vous permettez à ma pauvre âme libertine
De ne pas mourir complétement d’ennui

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s