Fin

Je t’avais presque oubliée
Toi, compagne de la vie
Qui nous l’ôte
Amie sans visage
Sans sourire
Qui nous caresse de son soupir
Quand arrive un certain âge

Tu déambules, silencieuse
Attendant patiemment
Frémissante quand un pas fébrile
Un frisson, un oubli, une voix creuse
Signale soudain un corps sénile

Toujours bienveillante, main tendue
Pas à pas tu emmènes vers l’inconnu
Ce morceau de temps en fin de frise
En resserrant doucement ton emprise
Sur une impression de déjà vu

Éther s’échappant dans le ciel
Quand tu disparais avec ton hôte
Tu laisses souvent un goût amer
A ceux qui restent, à tous ces autres
Surpris de te voir si tôt venir
Ayant oublié que dans cet Univers
Ce qui commence un jour doit finir

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s