Voyageur

Homme itinérant, déraciné,
Je parcours le monde en solitaire
Je suis chez moi tout à côté
En avion je m’ancre à la Terre

Des souvenirs comme des cartes postales
Que je garde au frais dans ma mémoire
Voyager simplement, beaucoup d’escales
Je m’arrête là où m’attire la douceur du soir

J’apprécie autant que je le peux
Bien que la fatigue pointe souvent
Je vis aussi vite que je le veux
Jusqu’à ce que je m’écroule en avant

Chaque jour est un monde nouveau
Neuf et dépourvu de vieux sentiments
La mort n’est plus vraiment un fardeau
Lorsque l’on recommence aussi souvent

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s