Hublot

Te voilà seul à regarder les étoiles
A travers le hublot, ciel tranquille
Nuages atténuant la lumière des villes
Tu espères quand même voir pointer une âme

Moment de doute dans une nuit fragile
Parfois il est dur de rester calme
Un cœur éveillé a la douleur facile
Surtout quand autour les fleurs fanent

Il y a bien cette personne au dehors
Qui ne demande qu’à partager ton temps
Mais insatisfait toujours, tel un enfant
Tu te prends à espérer encore et encore

Tu te crois différent, grand et insensible
Mais tu n’es qu’un être perdu et malheureux
Mourant de soif sous un soleil torride
Refusant de boire car le verre est trop vieux

Certes le futur semble bien incertain
Plutôt évident, car il n’existe pas encore
Alors au lieu de penser à demain
Tu ferais mieux d’aller voir s’il fait beau dehors

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s