En chemin

Je la croise tous les matins
Sur le chemin de la Vie
Comme lorsque j’allais à l’école
Oui, quand j’étais plus petit
Les mains dans les poches
Le regard est ailleurs
Et mes grands pieds s’accrochent
A la route du bonheur
Elle passe et me dépasse
Mais ne se retourne pas
Il me vient l’envie de pleurer
De la serrer fort dans mes bras
Je crois que je n’ai jamais cru
Qu’elle puisse m’aimer un jour
A chaque coin de chaque rue
J’écoute le chant du vautour
Animal immonde aux ailes closes
Je ne risque pas de m’envoler
Je remets dans ma poche la prose
Que je venais tout juste de composer
Te voyant t’éloigner je suppose
Que je peux me remettre à avancer.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s